Les hommes adorent se faire peur depuis l’aube des temps. Même dans les âges préhistoriques, alors que la vie n’était pas vraiment un long fleuve tranquille, qu’il fallait batailler contre les éléments et trucider de l’aurochs pour assurer sa pitance, bien des clans se mirent en tête de décorer les parois de cavernes difficilement accessibles avec des scènes où l’animal côtoyait des créatures indéterminées, inquiétantes, et où étaient parfois représentées, comme à Lascaux, de franches éviscérations. Quelle idée ! Les homo sapiens du Paléolithique menaient déjà une existence que l’on qualifiera par euphémisme d’assez stressante, alors pourquoi certains ont-ils ressenti le besoin de s’enfoncer dans les entrailles de la Terre pour s’y adonner à quelque culte artistico-religieux dont Lovecraft eût apprécié la teneur?

Le spectacle de la terreur
C’est peut-être, comme le notera quelques millénaires plus tard Aristote dans sa Poétique, que la catharsis est un sentiment délicieux. Par ce mot, le philosophe désignait le fait de purger les passions de l’âme par le spectacle de la terreur et de la pitié – et il y voyait un mécanisme important de la tragédie grecque, tout comme on peut y voir aujourd’hui l’explication de l’appétence que jadis les amateurs de théâtre, aujourd’hui de cinéma et de réalité virtuelle, pouvaient et peuvent ressentir en suivant le destin atroce de personnages de fiction. Il se joue dans la catharsis une décharge émotionnelle brutale qui, après coup, laisse le spectateur groggy, cotonneux et flottant dans une douce euphorie…

Derrière le rempart d’un écran,
quel plaisir, quelle joie même
que de voir Rome s’embraser

Une autre catégorie esthétique permet de comprendre l’attrait des histoires tragiques ou terrifiantes: il s’agit du sublime. Au siècle des Lumières, William Burke le définissait comme le plaisir pris à contempler, depuis un point de vue abrité et privilégié, le spectacle d’une Nature déchainée ne laissant après elle que ruine et dévastation, un danger lointain mais terrifiant. D’où probablement les raisons du succès, à partir des années 1970, des films catastrophe. Un tremblement de terre, l’explosion d’une centrale nucléaire, une éruption volcanique, c’est sensationnel, pour autant qu’on puisse les vivre confortablement installé dans son canapé; depuis la terrasse d’un palais ou derrière le rempart d’un écran, quel plaisir, quelle joie même que de voir Rome s’embraser, une horde de zombies déferler sur leurs victimes réduites à l’état de gigot ou une météorite taille patron détruire des continents entiers !

Fort de ce constat, nous avons décidé d’enquêter dans le royaume des loisirs qui font grimper le trouillomètre à des hauteurs insoupçonnées. De la vague angoisse à la terreur pure en passant par l’étrange, le bizarre, le fantastique, il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Vous qui entrez, laissez toute espérance – sauf celle de vous amuser et de ressentir de délicieux frissons !


Lieux hantés en Suisse: esprit, es-tu là?

Lieux hantés en Suisse : les bonnes adresses pour jouer à se faire peur

La première halte dans la quatrième dimension du monde des loisirs se fera dans l’enceinte de maisons hantées. Et la Suisse alémanique recèle quelques pépites en la matière.

Ainsi du château de Lenzbourg, dans le canton d’Argovie, dont les cloches sonneraient les nuits de pleine lune alors que personne n’est présent. Du côté des Grisons, l’Hôtel Val Sinestra promet un séjour digne de Stephen King, avec son architecture Art Nouveau qui évoque l’Overlook de Shining. Il paraît que le fantôme d’un pensionnaire de cet ancien établissement thermal a été aperçu à l’étage des bains, désormais fermé au public, et que l’ectoplasme se balade aussi dans d’autres parties du bâtiment… A Meinier, dans le canton de Genève, c’est vers les ruines du château de Rouelbeau que les visiteurs en mal de frissons devront tourner leurs pas. Une Dame Blanche, peut-être l’épouse répudiée d’Humbert de Cholay, premier seigneur et constructeur du château en 1318, hanterait en effet les vestiges de cette forteresse médiévale.

La maison hantée d’Alain Margot
C’est toutefois à La Chaux-de-Fonds que niche la plus délicieuse et conviviale des maisons hantées. Fruit de la créativité de l’artiste Alain Margot, le Train fantôme est une demeure qui tient du cadavre exquis, du cabinet de curiosités, d’une sorte de palais du facteur Cheval version gore et du bar gothico-décadent. Attention: il vous faudra bien planifier votre visite, le lieu n’étant ouvert que les vendredis 13 et chaque 11 septembre – ou sur demande pour des apéros ou des anniversaires.

Une fois à l’intérieur de ce temple de l’étrange, le sortilège opère et l’on ne sait plus où donner de la tête. Mannequins harnachés, animaux empaillés, affiches de films d’horreur et autres détails sanguinolents composent un décor où l’imagination s’emballe et où, de l’avis de plusieurs visiteurs, on se sent curieusement bien.  

Si l’engagement d’Alain Margot dans la cause féministe et son travail avec les Femen sont connus, l’abondance de représentations de femmes martyrisées dans la Maison hantée s’éclaire d’un jour nouveau: il s’agit bien pour l’artiste de dénoncer les horreurs commises à leur encontre partout dans le monde. Le sérieux du propos ne doit toutefois pas masquer l’atmosphère paradoxalement assez ludique et chaleureuse dans laquelle baigne ce Train fantôme. D’ailleurs, de l’aveu même de son concepteur, les enfants dès 12 ans adorent en général l’endroit !

Schloss Lenzburg – Museum Aargau
5600 Lenzburg
Tél. 084 887 12 00
museumaargau.ch

Hôtel Val Sinestra 
7554 Sent
Tél. 081 866 31 05
sinestra.ch

Château de Rouelbeau
Chemin de Rouelbeau
1252 Meinier
batie-rouelbeau.ch

La Maison hantée (alias Le Train fantôme)
Rue de l’Hôtel-de-ville 31
2300 La Chaux-de-Fonds
alainmargot.ch


Escape games gore: vous n’y échapperez pas…

S’agissant des escape rooms, les salles dédiées à l’angoisse, au fantastique ou à l’horreur pullulent en Suisse romande. C’est à croire que non contents de se faire enfermer et de se faire saigner les neurones une heure durant sur des énigmes parfois alambiquées, les joueurs aiment corser la difficulté en ajoutant quelques rasades d’adrénaline à leur cocktail d’évasion… Dans ce registre, l’expérience la plus flippante vous attend certainement à La Maison hantée de Corcelles-près-Payerne, à laquelle nos équipes, qui ne reculent devant aucun sacrifice, ont réservé un test à découvrir ici.

Game Over Escape Rooms, par exemple, a de nombreux franchisés de par le monde, dont certains proposent des salles éprouvantes pour les nerfs en Suisse. C’est le cas de The Saw à l’enseigne d’Actionworld à Obfelden ou de Mission: Escape à Zurich, une salle basée sur la série éponyme de films d’horreur bien connus des aficionados. Dans la Cité de Calvin, Game Over vous offre la possibilité de prendre en chasse l’un des plus fameux serial killers de l’Histoire…

Jack l’Eventreur

Loisirs gore et escape games horrifiques en Suisse romande

Une ruelle flanquée d’immeubles de brique rouge, un brouillard inquiétant, devant vous une brouette dont la roue est maculée de sang et au mur des affiches évoquant un redoutable assassin… Pas de doute, vous êtes à Londres en 1888, et vous vous lancez aux trousses d’un génie du mal qui n’avait pas le couteau dans sa poche : Jack l’Eventreur. L’enjeu? Arrêter ce sinistre individu avant qu’il ne commette d’autres abominations ! Le moins qu’on puisse dire est qu’il va falloir garder son sang-froid, se triturer les méninges et bien explorer son environnement, histoire de comprendre le fonctionnement de certains mécanismes et de pouvoir progresser dans le scénario. Quant au final, il se pourrait qu’il provoque quelques sursauts parmi les enquêteurs…

Aux trousses d’un génie du mal qui
n’avait pas le couteau dans sa poche

On retiendra que la salle est d’une difficulté appréciable, seuls 30% des groupes réussissant à la terminer sans aide du maître de jeu (92% de réussite avec le concours du game master). C’est pourquoi les enfants non accompagnés n’y sont admis qu’à partir de 14 ans: certes, l’expérience n’est pas axée sur l’horreur, on n’y croise nul cadavre affreusement mutilé, mais l’ambiance immersive est plutôt efficace et les énigmes sont d’une complication qui laisserait les plus jeunes sur le bord de la route. Nous avons cependant testé l’activité avec des Sherlock en herbe de 12 et 13 ans qui en ont été enchantés, l’aide des parents ayant permis de débloquer certaines situations. En résumé, une escape room bien sympathique, même si l’on regrettera qu’au fil de l’avancement dans la résolution de l’enquête, l’atmosphère soit un peu moins prenante et les détails moins soignés, tout comme le fait que quelques énigmes soient légèrement capillotractées.

Trouillomètre 4/10
Age conseillé Dès 14 ans
Infos pratiques Jack l’Eventreur – Game Over, Genève (GE)


Le Chirurgien

Loisirs gore et escape games horrifiques en Suisse romande

Avec Escape Riviera et Escape Etoy, changement de décor et changement radical de méthode. Ici, nous sommes aux antipodes des franchises qui livrent salles et scénarios clefs en mains, puisque c’est un couple de passionnés, Aneta et Usman Saleem, qui est aux manettes. Qu’on se le dise: ces doux dingues conçoivent tout de A jusqu’à Z, de l’histoire jusqu’au moindre mécanisme présent dans leurs salles. D’ailleurs, ceux qui ont fréquenté La Poupée à Vevey ont déjà pu goûter à la bienfacture de leurs réalisations.

Au milieu de corps démembrés
et d’instruments chirurgicaux…

Avec Le Chirurgien, on vous le donne en mille, vous êtes kidnappés et enfermés, menottes aux poignets et bandeau sur les yeux, dans le bloc opératoire d’un médecin qui aurait fait passer le Dr Petiot pour un adepte de la communication non violente. A vous, en une heure chrono, de vous libérer de vos entraves et de trouver la sortie, tout en prenant garde de ne pas éveiller les soupçons des acolytes de ce terrible émule de Frankenstein. Car, oui, les aides de camp du chirurgien peuvent fort bien décider de revenir dans la salle pour contrôler que leurs prisonniers sont toujours sagement enchaînés. Et si l’un d’entre vous s’avise de crier, de sursauter ou de rire à leurs blagues bien trash, gare ! un traitement spécial lui sera réservé.

Le bilan? Une salle unique, singulière, où flotte le parfum capiteux d’un sens artisanal du détail très poussé, et où les joueurs se frotteront à des énigmes résolument originales… au milieu de corps démembrés et d’instruments chirurgicaux détournés de leur fonction. Maîtresse d’œuvre du scénario, Aneta confie être une grand fan du thriller médical et une lectrice assidue des romans de Robin Cook, un cador du genre. On comprend mieux à quelles sources va puiser l’inspiration du Chirurgien, une escape room dont la conception et la fabrication ont pris de très nombreux mois. A titre d’exemple, un gisant repose sur la table d’opération; il s’agit en fait d’un "faux corps en silicone qui a été commandé en Californie, puis transféré en Russie pour être connecté à un mécanisme" avant de revenir en Suisse… Aneta n’en dira pas plus, histoire de ne pas déflorer le mystère de cette carcasse, mais sachez que vous aurez à vous pencher de près sur son cas…

Trouillomètre 7/10
Age conseillé Dès 15 ans
Infos pratiques Le Chirurgien – Escape Etoy (VD)


Dans le même genre

Swamp House – Friscape, Fribourg (FR)
Comment êtes-vous arrivé dans ce qui ressemble à l’arrière d’une boucherie désaffectée ? Partout, du sang et des lambeaux de chair. Et cette odeur de mort…
Age conseillé Dès 16 ans

Kidnapped – Kubiq Room, Prilly (VD)
Témoin gênant, vous tombez dans les griffes du pervers aux poupées, menottes aux poignets et cagoule sur la tête…
Age conseillé Dès 14 ans

La Poupée – Escape Riviera, Vevey (VD)
Saurez-vous garder votre sang-froid face à Nelly, terrifiante poupée possédée par le diable?
Age conseillé Dès 12 ans


Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens !

Loisirs horrifiques, escape games gore, lieux hantés: les bons plans pour se faire peur en Suisse romande

Le lasergame, vous connaissez le principe. Des équipes bardées de capteurs et munies de bonnes grosses pétoires futuristes se canardent parmi, dans une ambiance au croisement du western et de la SF. L’escape game, on voit aussi, le principe s’est répandu comme une traînée de poudre dans le monde des loisirs. Pourtant, c’est d’un autre type d’expérience que Léonard Callioni, le fondateur des Horror & Action Games (HAG), s’est inspiré pour créer ce qu’il appelle une "attraction horrifique immersive et thématique": les Traumatica Horror Nights organisées à Europa-Park durant la période d’Halloween. Ajoutez-y le goût de ce diable d’homme pour des films tels que REC, Sinister, The Descent ou Le Projet Blair Witch, ainsi que pour des livres comme Shutter Island, Ça ou encore HEX, et vous aurez le portrait d’un créatif qui saura prendre un malin plaisir à vous flanquer les chocottes. L’une de ses devises préférées n’est-elle pas: "Sursauter ne signifie pas avoir peur"? Grâce aux HAG, vous allez faire bien plus que sursauter…

Il faut vous attendre à être séparé de votre groupe,
privé de vos sens, désorienté

Dans leur version classique, strictement interdite aux moins de 18 ans sauf présence d’un adulte et dérogation papale, pardon, parentale obtenue par écrit (mais pour un moins de 16 ans, ce sera toujours niet), les HAG constituent un authentique "voyage dans le monde de la peur". Les sessions se déroulent selon une dynamique calculée pour sortir les participants de leur zone de confort: le groupe de 3 à 6 joueurs passe par une phase de conditionnement suivie d’une phase d’action, cette séquence se répétant trois fois pour explorer autant de thématiques différentes. Naturellement, rien que pour jouer avec vos nerfs, les thématiques ne sont pas annoncées à l’avance – vous ne savez donc pas si vous allez avoir affaire à des clowns psychopathes, des zombies, des possédés, de la magie noire, des esprits malfaisants, des sectes satanistes, des fous furieux échappés de leur hôpital psychiatrique, etc. Il faut vous attendre, durant les phases de conditionnement, à être séparé de votre groupe, privé de vos sens, désorienté; et durant les phases d’action, à accomplir les missions assignées par le maître de jeu avec une simple lampe de poche, un appareil photo ou une arme laser. Le tout en subissant parfois les assauts bien réels (quoique non violents, on vous rassure) des clowns sanguinaires ou zombies malcommodes précités !

A côté des sessions classiques, les HAG proposent des sessions "découverte" (dès 16 ans), "action" (dès 14 ans, voire moins), et les redoutées et redoutables sessions "hard" (dès 18 ans, sans aucune exception possible, après avoir participé à au moins une session classique au préalable). Et on ne plaisante pas avec le hard, parole de scout: à ce jour, une seule session de ce genre a été organisée – sur une dizaine de demandes; de l’aveu même de Léonard Callioni, elles "ne sauraient en rien être “plaisantes” et (…) on en ressort forcément mal à l’aise, frustré, perturbé".  Que les plus froussards se tranquillisent: il est toujours possible d’abandonner la partie en signalant sa volonté à haute et intelligible voix, plusieurs fois s’il le faut…

Trouillomètre 9/10 (pour les sessions classiques)
Age conseillé 18 ans
Infos pratiques Horror & Action Games, Nyon (VD) ou Genève (GE)


L'attrait du gore

Loisirs d'horreur, escape games gore, littérature gore: les bons plans pour se faire peur en Suisse romande

A l’origine, les pulp magazines étaient des publications très populaires dans la première moitié du XXe siècle, imprimées sur du papier de piètre qualité et bourrées de fictions relevant de la romance, du fantastique, du polar ou de la SF. Depuis peu, un éditeur romand délicieusement baptisé Gore des Alpes a repris le flambeau de cette littérature sans prétention mais pas sans qualités, loin de là, follement divertissante, drôle, canaille et un peu punk sur les bords.

Or, parmi les quelques titres publiés à ce jour, il nous a semblé que deux méritaient le détour et pourraient, pour autant que l’on soit doté d’un réjouissant mauvais esprit, servir de guides pour des excursions décalées.

Vous ne regarderez plus jamais
les adorables saint-bernards du même œil

Ainsi, n’hésitez pas à visiter l’Hospice du Grand-Saint-Bernard et l’amphithéâtre de Martigny muni d’un exemplaire de La Chienne du Tzain-Bernard, signé du sociologue et historien Gabriel Bender. Une chose est sûre: à la lumière de cet hommage jouissif à la littérature gothique et aux délires libertins de l’Ancien Régime, vous ne regarderez plus jamais les adorables saint-bernards du même œil (en particulier ceux qui se nourrissent de bébés), ni les religieuses d’ailleurs, et, en promenade dans les rues de la cité d’Octodure, vous aurez de puissants retours d’acide qui vous feront penser à… Fight Club ! En version dégénérée s’entend…

Encore plus réussi sur le plan littéraire, La Robe de béton de Philippe Battaglia vous fera assister à l’érection de la Grande Dixence. Vous y apprendrez pourquoi on surnomme cet ouvrage le millefeuille (une couche de béton, un homme mort, une couche de béton, etc.), quel était le quotidien des ouvriers immigrés qui suaient sur le chantier, et enfin pourquoi il ne faut pas faire bon marché de la vie humaine – surtout quand la veuve de l’un des Italiens sacrifiés navigue du côté noir de la magie... En effet, dans le ventre du barrage, les morts oubliés poussent, rongent, aspirent à prendre leur revanche. Et quand, des décennies plus tard, la fameuse robe de béton se craquelle, ce qui en sort est doté d’un solide appétit et vient réclamer des comptes. Boucherie garantie !

La Chienne du Tzain-Bernard, Gabriel Bender, Gore des Alpes, 2019
La Robe de béton, Philippe Battaglia, Gore des Alpes, 2019


La sorcière bien-aimée

Loisirs horrifiques, escape games gore, lieux hantés: les bons plans pour se faire peur en Suisse romande

Sabrina de Pierri est à l’origine de La Stryx, jeune entreprise romande spécialisée dans l’organisation d’événements insolites dédiés à l’ésotérisme, au fantastique, au surnaturel. La Stryx? Un mot-valise né de la collision entre Strix, genre d’oiseau de la famille des strigidés – les chouettes, si vous préférez –, et stryge, sorte de vampire mythologique mi-femme et mi-oiseau. Le nom évoque aussi le latin striga dont l’italien tirera strega, en français sorcière

Biberonnée à Dracula, Harry Potter, Charmed et Buffy contre les vampires, Sabrina se passionne tout d’abord pour les vieilles pierres en devenant guide touristique. De fil en baguette, cette magicienne en devenir suit une formation en organisation d’événements et se jette dans le chaudron en 2018, avec la mise sur pied du Marché de Yule, un marché tremplin pour les artisans et entrepreneurs actifs dans l’ésotérisme. Le succès est au rendez-vous.

Depuis lors, elle a organisé des conférences consacrées à Halloween, des ateliers autour du tarot ainsi que le Marché de Mabon, au Bouveret. Elle est également coorganisatrice, avec le Groupe suisse de recherche en paranormal, des Enquêtes insolites, soit des investigations nocturnes ouvertes au public où sont étudiés scientifiquement (avec force appareils de mesure des champs électromagnétiques, hygromètre, anémomètre, caméras infrarouge) les phénomènes dits paranormaux. Pour l’heure, aucun fantôme n’a été officiellement capturé, mais qui sait, les ectoplasmes n’attendent peut-être que votre inscription pour se laisser prendre?

Par ailleurs, si vous êtes un patron à la recherche d’une session de team building originale, si vous ne jurez que par les elfes et les sortilèges de l’imaginaire ou si vous aspirez à fêter votre anniversaire sous le sceau de l’étrange et du merveilleux, La Stryx vous mitonnera sur mesure une potion des plus magique, forcément magique…

Par Olivier Mottaz - 27 nov. 2020

Notes et avis