Grâce au télésiège de Lannaz (Evolène), commencez par avaler d’un trait et sans une goutte de sueur les 800 m de dénivelé qui vous séparent de l’alpage de Chemeuille. Vous voici en plein fief des robustes vaches d’Hérens, reconnaissables à leur robe noire ainsi qu’à leur humeur belliqueuse.

N’hésitez pas à passer le bonjour au fromager du coin ou à picorer sérac et charcuterie sur la terrasse panoramique de restaurant de Chemeuille. Après quoi vous vous engagez sur le sentier de montagne fort agréable qui lézarde jusqu’au Val de Dix en contournant la pointe de Mandelon (2559 m).

Deux petites heures sont nécessaires pour atteindre l’alpage du même nom (2068 m). Transformé en ensemble agrotouristique dans les années 2000, le site se veut une fenêtre ouverte sur la vie alpestre. Tout autour, prairies alpines et mélèzes composent le terrain de jeu des marmottes, cerfs et autres chamois.

Après vous être abreuvé du panorama sur le val d’Hérémence et les sommets environnants, faites cap sur la buvette. A la carte, röstis, macaronis du chalet ou encore assiette valaisanne convoquent l’âme du Vieux-Pays entre vos couverts.

Pour le retour, revenez simplement sur vos pas en prenant le temps d’apprécier, sous une autre perspective, la beauté brute du val d’Hérens.

Notes et avis