Après deux ans d'une crise sanitaire qui lui a occasionné des pertes pouvant aller jusqu'à 75% de chiffre d'affaires, le monde de loisirs réagit en créant la Fédération suisse des Sites de Loisirs (FLS). Une initiative salutaire qui vise à renforcer la visibilité d'un secteur générant plus de 40 millions de visiteurs chaque année et à défendre les intérêts de l'excursionnisme (tourisme à la journée).

Mettre en place un plan de relance

L'un des premiers objectifs de la FLS est d'obtenir auprès des instances politiques un plan de relance national sur 4 ans. Pour cela, elle compte entre autres sur le renforcement des relations entre ses différents membres et recrute activement. Basée à Broc, la FLS est un projet initié par Aquaparc, La Maison Cailler, le Swiss Vapeur Parc, le Groupe Alaïa, Chaplin’s World, le Groupe Fun Planet, les Mines de sel de Bex, les agences Thematis, Go2Play, B + G & Partners et bien entendu Loisirs.ch.

Un observatoire national du tourisme

L'autre bataille de la FLS est une meilleure compréhension de l'impact des loisirs sur le tourisme, en particulier par le développement de l'excursionnisme. Un besoin que devrait combler la création d'un observatoire national du tourisme qui collectera  des données chiffrées sur la fréquentation et les recettes des sites proposant des activités culturelles et de loisirs. Cela permettra de mesurer de manière plus aigüe le poids économique d'un secteur en plein chamboulement.

Notes et avis